(Drôle de) campagne et… Logement

Tout ou presque a été dit sur cette campagne présidentielle : Covid et guerre en Ukraine auront accompagné ce moment si particulier de notre vie démocratique. Et le Logement dans tout ça ? Et bien contre toute attente, il n’aura pas été totalement absent, pas forcément des grands évènements publics, mais au moins dans des enceintes qui espèrent compter, si ce n’est peser.

Voici, comme à l’accoutumée, les récents « éditos », depuis fin février.

Éditorial du 20 février

Les acteurs du Logement, des collectivités aux promoteurs privés en passant par les HLM et le Bâtiment, se démènent pour, d’une certaine manière, peser dans la campagne présidentielle, campagne « Tefal » comme le dit un célèbre sondeur ! Et ils ne sont pas seuls. Les « think tanks » et certains intellectuels publient notes et rapports sur ce qu’il conviendrait de faire pour le Logement. Et c’est bien. 

Et puis, hier, la presse économique fait état d’une « note blanche » qui circulerait au sein des équipes de campagne. Le papier de notre excellent confrère est clair mais le projet de l’auteur anonyme l’est bien moins, surtout quand il évoque la « régionalisation des acteurs ». La période est propice à faire avancer les (bonnes) idées, mais hélas aussi, quelquefois, à dire n’importe quoi, non ?

Rodho , lui, nous rappelle combien le numérique peut, parfois, nous éloigner de la (dure) réalité !

Éditorial du 28 février

Dérisoire, non ? Tout cet ensemble de préoccupations, des plus futiles au plus exigeantes – qui sont notre quotidien professionnel et privé – apparaît complètement insignifiant quand on songe à l’invasion russe en Ukraine. 

Même notre grand rendez-vous démocratique de la campagne présidentielle est – et c’est bien normal – perturbé (euphémisme). Entre le retour du fameux « l’histoire est tragique » et ces bruits de bottes « aux portes (au cœur ?) de l’Europe », comment allons-nous, collectivement, vivre cette situation de guerre si proche ? 

L’essentiel de la réponse dépendra des décisions prises par un amateur de bel immobilier (selon la presse) à quelque 1 200 kilomètres de Paris, dans une propriété de 28 hectares abritant un logement de fonction dont le nombre de pièces et l’emplacement exact sont un secret bien gardé…

Éditorial du 7 mars

L’invasion guerrière de l’Ukraine par l’armée russe occupe les cœurs et les esprits. Le très alarmant volume 6 de l’alerte du Giec est quasiment passé sous silence. Même la campagne présidentielle, malgré l’entrée en lice officielle du président-candidat, grand favori, ne passionne plus guère. 

Dans ce contexte, les tentatives des acteurs et de la filière pour y faire émerger la thématique Logement restent vaines et – encore une fois certainement – vouées à l’échec. Le mot (Logement) ne figure d’ailleurs même pas dans la lettre d’Emmanuel Macron…

Éditorial du 14 mars

Que dire et penser d’autre ? Oui, l’actualité est comme écrasée par ce qu’il se passe si près de nous, dans cette Ukraine que nous étions beaucoup à mal situer sur une carte d’Europe et qui aujourd’hui nous semble si proche, comme nous sont si proches ses habitants sous les bombes ou la menace russes, comme ceux qui fuient la guerre et nous ressemblent tant. L’Europe, ses états, ses citoyens – un vrai motif de fierté, surtout que ce ne fut pas toujours le cas – semblent bien disposés à accueillir, héberger et loger ceux qui arrivent et arriveront – par centaines de milliers n’en doutons pas, hélas.

Logement et Présidentielle… Mercredi dernier, l’initiative du Mouvement HLM d’auditionner les candidats aura permis d’entendre pour la première fois officiellement un représentant – la représentante – du tout récent candidat Emmanuel Macron. On n’en sait pas plus, ou presque…

Dans un contexte plutôt sombre, on ne peut que se réjouir des préoccupations des Français qui, selon une étude (réalisée avant l’invasion russe) ne mettent pas l’immigration ou l’insécurité en tête de leurs 12 propositions.

Et puis bien sûr, c’est aujourd’hui la levée de bien des contraintes sanitaires dès ce lundi ! Souhaitons qu’il n’y ait pas nécessité prochaine d’un nouveau tour de vis…

Éditorial du 21 mars

Une actualité administrative et réglementaire très réduite cette semaine, et c’est bien normal à même pas un mois du premier tour de l’élection présidentielle. Et l’actualité tragique de cette guerre russe en Ukraine continue de tout bouleverser…

La semaine franco-française devait être marquée par le dévoilement du programme du président-candidat Emmanuel Macron, favori des sondages. Hélas, la conférence de presse de jeudi, la première de cette campagne pour Emmanuel Macron, aura déçu sur ce point : le sujet Logement en tant que tel n’aura pas fait l’objet d’une séquence lors de la présentation devant la presse. Et ça aura suscité bien des commentaires, de désabusés à virulents. 

On peut toutefois s’étonner que même les deux seules mesures clairement présentes dans le livret programme ne soient pas reprises, commentées, décortiquées. Chacune répond pourtant à des attentes maintes fois exprimées : par le secteur associatif pour « la caution publique pour les locataires », par les élus locaux et les opérateurs pour le transfert de la « responsabilité en matière de logement » au bloc local !

C’est bien une drôle de campagne, non ?

——————————