La 600ème édition hebdomadaire !

Une petite sélection d’éditoriaux récents : une manière de suivre l’actualité (celle qui importe)…

Edito du 15 novembre 2021

On a désormais une vision assez claire du budget Logement en cours d’examen au Parlement et qui devrait être finalement adopté sans grand bouleversement. Selon le propos de la ministre Emmanuelle Wargon aujourd’hui même « l’idée est d’augmenter l’offre de logements abordables pour les Français ». Avec une augmentation de 7% par rapport au budget 2021, plus les sommes du Plan de relance (aide aux maires bâtisseurs de logements sociaux) et de la Prim’Rénov, les chiffres sont plutôt satisfaisants, en particulier pour les crédits de l’hébergement d’urgence – qui ont bondi de 50% en 5 ans. On ne peut pas en dire autant pour le Logement social, avec les conséquences de la RLS/réforme des APL qui resteront durablement dans les comptes d’exploitation et les mémoires du secteur…

Une actualité assez calme cependant semaine passée encore, et c’est bien normal. Mais une série de publications de rapports et d’études qui éclairent bien la situation complexe du Logement en France et, pour certains, esquissent des pistes intéressantes. De la lecture en perspective, utile…

Et puis, le temps passe vite : Voici déjà la 600ème livraison de votre Lettre hebdomadaire, sans compter les flash-info et autres numéros spéciaux. Notre dessinateur préféré l’illustre et nous fait, à sa manière, une bien jolie réclame, non ? 


Edito du 22 novrembe 2021

Semaine passée, le devant de l’actualité HCL aura été largement occupé par le Congrès des maires.

Peu, voire pas du tout de sujets Logement au programme mais l’omniprésente question SRU aura suscité, ici ou là, des propos le plus souvent critiques. Au-delà de la compétition pour la Présidence de l’AMF qui a consacré la victoire du camp « tout sauf Macron », de LR au PS, la question du Logement a pu être posée d’emblée par HCL au vainqueur David Lisnard qui ne met pas de mouchoir sur ses convictions tout en faisant preuve de pragmatisme : « Il faut à la fois garder une certaine ambition en matière de construction de logements sociaux et sortir de l’étau infernal dans certains territoires (…) avec une rareté du foncier et une Loi SRU qui amplifient l’incapacité du marché à répondre aux besoins des classes moyennes (…) » nous répond-il.

Et puis, la Cour des comptes, de plus en plus « politique », qui assaisonne le Pouvoir en illustrant les incohérences de ce qu’elle nomme lapolitique du Logement… et appelant à y mettre un terme, d’abord en enfonçant quelques portes ouvertes (économies d’énergie, décentralisation, vieillissement, etc.) mais aussi en prenant en quelque sorte position contre la vocation qui se veut « universaliste » du Logement social à la Française. Rien de bien neuf.


Edito du 18 octobre 2021

Ce jeudi, Emmanuelle Wargon, notre très active ministre du Logement mettait un terme au processus « Habiter la France de demain » (sous-titré « réconcilier les contraires » !), basé sur une nouvelle consultation citoyenne (un must en Macronie) et dévoilait ce qu’elle en avait retenu.

On le sait, la démarche était très ambitieuse, digne d’un début de mandature (ou quasi programmatique pour un président qui se représente ?).  Il ne s’agissait rien de moins que de « proposer un nouvel idéal aux Français » précise la ministre dès le début de son discours de présentation des conclusions. 

Juste avant d’aborder le sujet qui aura nourri la polémique de la semaine en affirmant «  le modèle du pavillon avec jardin n’est pas soutenable et nous mène à une impasse ».

Propos courageux ou gaffe ? Un peu les deux, non ? 

Courageux, en disant à voix haute ce que quasiment tous les urbanistes, géographes et autres experts professent.

Gaffe, si on ignore que toute une économie dépend de ce secteur, qui peut donner de la voix, surtout en cette période de campagne électorale. 

Et surtout extrêmement difficile à porter comme message politique quand on sait que les Français plébiscitent la maison individuelle…

Questionnée par votre serviteur sur le fait de savoir si c’était un programme à l’échelle d’un quinquennat ou d’une génération, Emmanuelle Wargon répondait « Le changement culturel sera long, forcément… » 


Edito du 25 octobre 2021

La grande annonce de la semaine, largement passée inaperçue de la presse généraliste, est celle du lancement de France Rénov’. Présentée comme un guichet unique pour tenter de massifier la rénovation énergétique des logements, objectif récurrent de nos gouvernants depuis des années, la plate-forme semble donner corps à l’idée de Nicolas Hulot alors ministre qui l’annonçait avant sa démission. Idée, concept même de guichet unique que son collègue Julien Denormandie en charge du Logement jusqu’à l’été 2020, réfutait totalement. Il l’avait confirmé à plusieurs reprises à HCL. 

C’est le bâtiment – sa puissante fédération, la FFB –  qui, cette semaine, aura tiré le premier pour interroger les candidats à la présidentielle. Bon, c’est un peu tôt, les programmes n’étant pas encore vraiment élaborés et les candidatures à Droite pas encore bien délimitées… Ce sont 3 candidats à la candidature LR sur les 8 personnalités « présidentiables » qui ont planché devant un parterre de professionnels. Et on n’a pas appris grand-chose, si ce n’est que tous veulent construire plus et mieux. Mais on n’est qu’au début de l’affaire.  

Interrogé par votre serviteur sur cette démarche un peu précoce, Olivier Salleron, le Président de la FFB organisatrice de cette manifestation, reconnaît qu’il s’était interrogé sur le calendrier mais qu’il avait finalement décidé de ne pas traîner afin de contribuer à faire émerger la question du Logement dès que possible dans la campagne qui débute. 

Intention très louable, non ?