C’est la rentrée !

Comme un air de rentrée… en campagne , non ?

Les 2 derniers éditoriaux HCL :

Edito du 13 septembre :

Deux documents attirent l’attention cette semaine : le Rapport Girometti – Leclerc dont la presse ne semble retenir que la confirmation de ce que l’on construisait désormais des logements plus petits et le « Logement social : perspectives » annuel de la Caisse des dépôts.

On peut saluer le travail du premier rapport de mission qui, surtout, documente ce que les spécialistes savaient déjà. Et, honnêtement, en cette période de  campagne, la ministre Wargon reconnaît qu’il ne s’agit pas de produire une nouvelle norme.

Il faut saluer le travail, unique, des experts de la Banque des Territoires qui donnent une vision du secteur toujours très riche et précise. Et cette année, alors que personne n’attendait de la maison de la Rue de Lille une telle prise de position, on y affirme que le Logement social est en état d’accompagner la relance macronienne. Tant mieux, non ?

Affaires à suivre…

Autre sujet que la presse aime à relayer, celui que Rodho, à sa manière si juste, nous propose. Il est vrai que l’incroyable capacité d’invention et d’organisation du « deal » au pied des « cités Hlm » laisse rêveur et mériterait bien un cocorico si ces activités étaient légales…

———–

Edito du 6 septembre :

Super Wargon a-t-on envie d’écrire ! Elle est sur tous les fronts et, par exemple, déclare même « à titre personnel » être favorable au loyer HLM unique à la mode rennaise

Emmanuelle Wargon est bien entrée en campagne et propose, rien de moins, de « changer le modèle du Logement pour les années à venir ».

Les années à venir, justement, voilà le sujet qui mobilise et préoccupe à peu près tout le monde.

Et on se prend à rêver, à imaginer que l’actuelle titulaire du portefeuille « Logement » ait été nommée dès le début du quinquennat. Se serait-on épargné les cafouillages chez Action Logement (l’Etat y a sa part de responsabilité) ? Aurait-on résisté à la pression de Bercy et la RLS ? En bref, ces 5 ans auraient-ils été « constructifs » ou bien perdus comme le dit désormais une grande majorité d’acteurs du Logement ?