Deuxième vague ?

Difficile de savoir ce que nous réserve ce virus ! Mais l'actualité Logement ne s'est pas totalement interrompue. Voici les récents éditoriaux de la Lettre HCL...


-------


Rappels :


- Testez gratuitement la Lettre HCL durant quelques semaines : inscrivez votre adresse mail professionnelle ICI.


- Pour acheter Hlm, Mon amour - Un combat pour la solidarité,  l'essai de l'ex-DG du Mouvement HLM (22€ -port offert) : le bon de commande est ici.


---------


HCL 543 - 20 septembre


C’est vraiment la rentrée !


La journée de l’Union sociale pour l’habitat du 15 septembre, en « présentiel » et malgré les masques a permis quelques expressions et aura constitué, en l’absence de congrès HLM cette année, comme un grand rendez-vous malgré la crise sanitaire. Et le top départ réel de la campagne pour la présidence du Mouvement HLM !


Beaucoup de documentation (utile) et pas mal d’information(s) donc relevées (parfois commentées) pour vous dans cette Lettre HCL plus dense que la plupart de celles de ces dernières semaines. Peu de textes officiels encore mais ceux sur l’habitat indigne (ordonnance) et la nouvelle accessibilité (douches « Denormandie ») sont enfin parus.


Bonne(s) lecture(s) !



A suivre dans les prochains jours, conduit par Martine Vankeerberghen, un grand entretien avec Frédéric Paul, ex délégué général de l’USH


(Citation – extrait) F. P. : Pour conforter et développer le secteur du logement social, il faut promouvoir une réforme des statuts de ses acteurs et actualiser leurs champs d’intervention. La société a changé. Des phénomènes nouveaux sont apparus, issus de la mondialisation : pauvreté et précarité massives, copropriétés privées en difficulté, ruptures territoriales… Ils justifient que le rôle des organismes évolue en même temps que leurs moyens d’action soient confortés.


Les organismes de logement social sont aujourd’hui sous-utilisés au regard des besoins et compte tenu de leurs savoir-faire, que ce soit au niveau de la réalisation de logements très sociaux au coup par coup en centre-ville, de la reprise de copropriétés dégradées, ou encore de la production de logements intermédiaires pérennes.


Plutôt que réduire leurs ressources, il serait plus judicieux que l’Etat élargisse la commande qu’il leur passe. (…)


------------


HCL 544 - 28 septembre


La semaine passée a vu se tenir 2 assemblées générales d’acteurs du Mouvement HLM. Et c’est l’occasion de recueillir des informations comme d’écouter les déclarations. Emmanuelle Wargon a notamment confirmé en public (après l’avoir indiqué en réponse à HCL, une semaine plus tôt) qu’elle mènerait bien la réforme d’Action Logement mais « avec les partenaires sociaux ».


HCL publie donc en exclusivité les propositions de l’Inspection des Finances, issues de son rapport de janvier dernier, non rendu public à ce jour. Après des analyses et constats « saignants » sur la gouvernance et l’utilisation des fonds, voici un véritable chapelet de bombes qui n’hésite pas à évoquer, parmi les hypothèses,  la suppression du système paritaire…  Affaires à suivre !


Campagnes, votes et résultats des sénatoriales (une moitié des sièges) n’auront guère mobilisé l’attention et ce n’est pas une première. C’est dans une sorte d’indifférence générale que « l’assemblée des territoires » se perpétue, autoproclamant son caractère indispensable à l’exercice de notre démocratie, sans grand bruit malgré quelques éclats. C’est qu’il n’y a pas une « affaire Benalla » si souvent…


Et puis, bien sûr, l’ombre portée de la crise sanitaire sur toutes les activités, tous les projets, constitue - encore plus avec les récentes annonces alarmantes et mesures contraignantes – un contexte inédit qui dure bien plus longtemps que ce qui était (naïvement ?) envisagé.


Pourtant, il faut bien avancer et le budget annonce clairement la couleur : « Relance ». Le PLF 2021 vient d’être dévoilé ce lundi en fin de matinée. On y consacre notre (petit) dossier de la semaine avec ces premiers éléments connus. Affaire(s) à suivre, là encore…


---------------------

HCL 545 - 5 octobre


Une semaine particulièrement calme sur les fronts suivi ici. Les mesures et rebondissements, les chiffres divers et leurs plus infimes variations ont continué d’alimenter la chronique, tout comme les intempéries de ces derniers jours…


L’évènement politique était quand même le contenu du discours des Mureaux, en principe plutôt éloigné de nos centres d’intérêt rédactionnel.


Et puis ces quelques phrases d’Emmanuel Macron, vendredi dernier, qui promettent, peut-être :


« En matière de logement, nous devons changer enfin radicalement nos textes. Nous ne pouvons pas continuer d’ajouter la pauvreté à la pauvreté. Tant que nous n’arrêterons pas cela, nous continuerons les difficultés éducatives, de formation et les problèmes que j’évoquais. Ce texte doit porter une réforme profonde de notre organisation en matière de logement, en particulier de logement social. »


Voilà qui est dit, étonnamment – quoique… -  à l’occasion de ce propos présidentiel, très attendu, sur le « séparatisme ». On le sait depuis sa campagne électorale, la question du Logement et tout particulièrement du Logement social ne figure pas au rang des priorités de la pensée macronnienne, sauf lorsqu’il s’agit de la grande pauvreté (les efforts publics inédits pour l’hébergement et le « logement d’abord » le démontrent) et des quartiers, au sens de ces grands ensembles objets des attentions de la politique de la Ville. Et lieu principal - au moins supposé - et privilégié de l’exercice communautarisé de ce qu’il nomme « séparatisme » et son vecteur clairement désigné, l’islamisme radical.


Bon, le chemin est peut-être curieux mais si au final il s’agit de, collectivement, s’interroger sur la place et les rôles, les missions reprécisées du Logement social dans notre pays, il faut probablement s’en réjouir, non ?


------------