Vous avez dit "déconfinement" ?

 


19/05/2020


--------------


La France veut respirer et ce déconfinement de la mi-mai marque peut-être le début du Monde d'après... Voici les récents éditoriaux des lettres HCL. La question des impayés locatifs fait toujours l'objet d'une forme de cécité des grands acteurs concernés et de l'Etat. Et beaucoup, dans le monde de l'immobilier prédisent une reprise vigoureuse.... qui reste probablement aujourd'hui de l'ordre du voeu pieu, non ?


---------------


 


HCL n° 523 – 20 avril 2020


Toujours pas de mesures exceptionnelles pour les locataires de leur logement, du privé comme du public.


Pour ces derniers, malgré beaucoup d’annonces de « mobilisation » et pas mal de « blabla » selon un représentant d’une grosse association de locataires, pas de dispositif général de report ou de remise… mais de plus en plus d’initiatives dont certaines significatives, comme à Paris.


Et la vice-présidente du Mouvement HLM Marie-Noëlle Lienemann, en sa qualité de sénatrice de Paris de réclamer le retour de la garantie universelle des loyers, tout comme l’association d’élus France Urbaine ! A suivre…


La sphère de l’immobilier, des agences aux sites d’annonces en passant par les promoteurs et le bâtiment s’interrogent sur « l’après crise » et, pour beaucoup, semblent considérer que tout reprendra « comme avant » assez vite. Méthode Coué ? Pas forcément si l’on en croit une étude sur les investisseurs institutionnels qui pourraient trouver le « résidentiel » (le Logement) très attractif en ces temps troublés…


En attendant, pour certains, c’est clairement « Business as usual », non ?


width=400


------------------


HCL n° 524 – 27 avril 2020


On l’avait signalé dans ces colonnes,  deux grandes associations d’élus ont alerté par courrier le ministre du Logement (et de la Ville) sur les conséquences de la crise sur le secteur et les mesures à envisager dans les prochains mois. Leurs  propositions reprennent largement celles du Monde HLM avec une vigueur nouvelle et – nouveauté – souhaitent ré-activer la Garantie universelle des loyers (de la loi Alur…). Mais elles visent aussi à « mobiliser » mieux la Caisse des dépôts, comme à constituer un fonds pour les copropriétés…


Selon des sources convergentes, Julien Denormandie n’aurait guère apprécié de se faire ainsi tancer, d’autant que les associations d’élus du bloc local lui avaient causé quelque contrariété avec l’ordonnance sur les délais d’urbanisme… Bref, un dialogue jusqu’à cette heure peu constructif (euphémisme) alors que la question du risque « loyers », notamment dans le parc social, mais pas que… continue d’être volontairement écartée des préoccupations officielles (la mobilisation des FSL est un dispositif de droit commun, il faut le rappeler, très inégal selon les territoires et les orientations retenues par les élus locaux concernés).


Quelques initiatives locales prennent en compte cette dimension en proposant des mesures concrètes parfois d’ampleur, jusqu’à l’annulation des loyers d’un OPH subventionnée par la collectivité locale.


Et même un député LREM (certes, plutôt à l’aile gauche du parti présidentiel) de faire une quinzaine de propositions dont celle d’un fonds d’aide de 200 Millions pour les impayés locatifs, propositions reprises par l’officiel Conseil national de l’habitat !


Pendant ce temps, « les petits, les obscurs, les sans-grades », au sein des collectivités comme chez les bailleurs par exemple, tous ou presque « key workers » (souvent sans trop le savoir) continuent d’assurer des taches et des services indispensables, à la mesure inverse de leur rémunération.


Ces « soldats de l’ombre » comme Rodho le souligne justement cette semaine.


width=1200


-----------------


HCL n° 525 – 4 mai 2020


C’était, ce 3 mai, la journée mondiale de la liberté de la presse dotée cette année d’un bien joli titre : « le journalisme sans crainte ni complaisance » ! Mais la crise inédite que nous traversons aura largement dominé les préoccupations du moment. Dans d’autres circonstances, on vous aurait décrit quelques difficultés rencontrées pour vous informer et quelques anecdotes (menaces à peine voilées, désabonnements brutaux, boycott, etc.). Partie remise ?


La question des difficultés de paiement des loyers, notamment dans le parc social, continue de ne pas être officiellement traitée au niveau national mais on sent bien que le sujet agite les esprits. Les Pouvoirs publics souhaitent en rester au dispositif FSL que certains avec les Hlm voudraient voir abondé (200M ajoutés aux 350 des budgets annuels actuels). On en a discuté avec la Fondation Abbé-Pierre mais aussi avec                Laurent Berger de la Cfdt. On a interrogé ce dernier sur la mobilisation (un terme tellement galvaudé en ces temps de crise) d’Action Logement dont sa centrale tient le poste de vice-président depuis janvier 2020, une première depuis 10 ans.


Un autre débat qui traverse le monde de l’immobilier et de l’urbanisme est celui de la densité vs/virus Covid-19. La métropolisation ne serait pas l’alliée de la propagation virale pour beaucoup alors que d’autres rêvent d’un regain massif d’intérêt pour les petites villes, voire le rural. C’est un peu caricatural, mais l’époque n’est guère propice, hélas, aux débats sereins. Et on publie cette semaine un papier fouillé qui présente des chiffres illustrant une certaine corrélation entre densité urbaine et maladie actuelle. Chacun se fera son opinion.


------------------


HCL n° 526 – 11 mai 2020


Enfin, ce 11 mai est bien là avec ce néologisme de circonstance, « déconfinement », qui ne rimera pas de sitôt avec « comme avant » ! La crise en cours est un terrible révélateur des dysfonctionnements de nos sociétés et en particulier des inégalités sociales.


C’est aussi, et c’est moins grave, un terrain d’exercice privilégié de notre propension française à la bureaucratie, au goût immodéré pour la paperasse, et pas uniquement dans la sphère publique. Les guides publiés ou à paraître en sont un exemple parfois cocasse…


Mais, hélas, le plus grave au plan économique et social est à venir.


Nos confrères de France Culture ont été plus rapides en évoquant avant nous « la bombe à retardement du logement ».


Les Hlm tentent de contenir la possible vague (des impayés) et s’engagent dans une charte à plutôt étaler les dettes locatives. Action Logement avait travaillé à un dispositif général d’aide financière qui semble bien pour l’heure avoir été retoqué par Bercy au motif d’un trop important effet d’aubaine. Et à l’heure de cette publication, silence radio gouvernemental sur l’abondement de 200 millions des FSL demandé par le CNH mais aussi par les associations dont la Fondation Abbé Pierre.


Les collectivités, qui ont d’autres urgences sur le feu ces jours-ci, ne tarderont pas – et bien au-delà des FSL – à voir venir cette « 2ème vague » des difficultés des plus fragiles de leurs administrés.


Et nous serions collectivement bien inspirés d’écouter les acteurs associatifs de terrain et de prendre les mesures préventives pour éviter cette nouvelle épidémie qu’entrevoit Rodho…


------------------------------------------------------


Testez gratuitement et sans aucun engagement pendant quelques semaines la Lettre HCL : Une adresse mail professionnelle et 3 clics... Offre d'essai temporaire

Image Vous avez dit "déconfinement" ?